franšais | deutsch
accueil
documents
FAQ

 

 

 

     
   
1.  Quelles données transmettre ?
2.   Où transmettre les données ?
3. Comment transmettre les données ?
4. Que se passe-t-il si les données sont incomplètes ou comportent des erreurs ?
5. Que signifient « EDO » et « XEDO-NF » ?
6. Quels contrôles sont faits pour le respect des normes conventionnelles ?
        
     
  1. Quelles données transmettre ?
   

Dans la Convention RBP, les indications concernant le contenu de la facture sont précisées à l’article 2, Annexe 3, alinéa 1 : « Les indications suivantes doivent figurer sur toute facture:

a) Nom et prénom de l'assuré,
b) Adresse de l’assuré (facultatif)
c) Date de la facture, numéro de facture
d) Le cas échéant, nom du représentant légal
e) Numéro de la carte d’assuré*
f) Date de naissance de l’assuré
g) Numéro d’assurance de l’assuré
h) Assureur conventionné (adresse facultative)
i) Numéros RCC (et EAN (facultatif)) ou nom et adresse du fournisseur de prestations auteur de la prescription
j) Numéros RCC et EAN, nom et adresse de la pharmacie qui facture
k) Date de remise de chaque médicament
l) Pour chaque médicament : nom commercial, désignation de sa liste, forme galénique, code 13 EAN ou pharmacode (uniquement en cas de facturation électronique), prix et quantité
m) Positions tarifaires
n) Taxe sur la valeur ajoutée
o) Contribution d’efficacité (uniquement pour les médicaments mentionnés dans l’art. 3 al. 3 de l’annexe 2)
p) Code de répétition
q) La transmission de l’information concernant la remise d’une préparation originale pour motif médical est effectuée via le standard actuel XML 4.0 pour pharmaciens avec le texte « Code207 » sur la ligne de commentaire de la position concernée.
* Dès la mise en application de l’art. 42a LAMal et de ses ordonnances

Ces mêmes données doivent être transmises à MEDICPOOL afin de permettre un contrôle de la neutralité des revenus et déterminer les éventuelles causes d’un dysfonctionnement du système. C’est la raison pour laquelle, en adhérant à cette Convention, les pharmaciens se sont engagés à transmettre à la centrale de données une copie de la facture envoyée à l’assurance maladie.
Les factures adressées en tiers-garant ou provenant de pharmacies non conventionnées ne sont pas concernées.

haut de la page

     
  2. Où transmettre les données ?
    Les données sont envoyées à l'adresse e-mail stipulée dans les directives transmises.
Les directives envoyées aux pharmacies concernées par Medicpool doivent être respectées lors de ces envois.
Une copie de ces directives est disponible dans la partie documents de ce site.

haut de la page
     
  3. Comment transmettre les données ?
   

En fonction de leur situation, les pharmacies ont à leur disposition plusieurs solutions, comme l’indique le schéma ci-dessous.


 

   
Pharmacie facturant par Ofac : Ofac se charge de transmettre les données à Medicpool. La pharmacie n’a aucune démarche particulière à entreprendre.
Envois directs par e-mail: La pharmacie effectue directement ses envois.
Envois par e-mail via un concentrateur: Cette possibilité est proposée par certains fournisseurs (ex. Ifak, Medidata).
Envois directs par disquette: La pharmacie envoie ses données sous forme de disquette, que Medicpool chargera à réception. Des frais de manipulation des disquettes et de transfert des données sont perçus par Medicpool.
Envois directs par courrier: La pharmacie envoie des copies de factures sous forme papier à Medicpool. Des frais de saisie des données sont perçus par Medicpool.
   
Les modalités du transfert des données de facturation sont multiples :
   
a. factures sur papier ;
b. EDO 3.0 et EDO 3.1
c. XEDO-NF 1.5
d. Toute nouvelle norme définie par contrat entre santésuisse et  pharmaSuisse en vue de l’échange de données. »
   
Davantage d’informations sur les envois des données (formats, frais…) sont disponibles dans la partie documents de ce site.

La centrale de données s'engage, dès réception des données, à les rendre anonymes en y effaçant les noms, prénoms et adresses des assurés. Ces données rendues anonymes sont conservées pendant cinq ans, puis effacées.

Il est important pour les pharmaciens de pouvoir disposer de données propres à la profession. Les enjeux sont importants; pharmaSuisse doit disposer de données fiables pour observer l’évolution de la RBP et aborder les négociations futures avec les assureurs-maladie et l’OFAS sur des bases incontestables.

haut de la page

     
  4. Que se passe-t-il si les données sont incomplètes ou comportent des erreurs ?
    Un rapport d’anomalie est automatiquement produit et envoyé à l’expéditeur afin qu’il procède aux corrections avant de renvoyer le fichier.

haut de la page
     
  5. Que signifient « EDO » et «XEDO-NF» ?
    Ces désignations :
   
  • EDO : Echange de Données avec Ofac
   
  • XEDO : XML Echange de Données avec Ofac
   

correspondent aux deux formats de données les plus répandus sur le territoire suisse, qui sont les seuls formats autorisés pour l’envoi des données à Medicpool.

Pour plus de renseignements sur les formats EDO et XEDO, s’adresser à Ofac.

haut de la page

     
  6. Quels contrôles sont faits pour le respect des normes conventionnelles ?
   

Les envois des pharmacies font l’objet de contrôles réguliers quant à la fréquence et au nombre de copies de factures transmises.
Une comparaison avec les chiffres donnés par les assureurs appartenant à la Convention fait office de contrôle, et les variations observées en cas de non concordance des résultats obtenus font l’objet de rapports détaillés adressés à la Commission de Monitoring pharmaSuisse-santésuisse.
La pharmacie concernée est alors réputée avoir failli à ses obligations conventionnelles.

haut de la page